Cette interrogation est légitime, et plutôt que d'y répondre comme je le fais en général, c'est à dire avec des termes techniques tels que "gestion de l'énergie ", "vérification des latences DPC", etc..., je vais plutôt vous montrer le résultat de ces réglages qui sont le fruit de nombreuses journées de tests pour chaque nouvelle station que Casawave vous propose, et en profiter pour expliquer une partie du protocole de test

Réaliser ces tests pour ce qui nous intéresse, l’audio, entraine une disqualification de tous les outils de benchmark classiques, car ils ne sont pas représentatifs du fonctionnement proche du temps-réel des séquenceurs. La seule solution est donc de mesurer les performances avec ces mêmes séquenceurs. Pour ce faire, il faut un ou des projets de référence, et c’est exactement ce que propose le site www.dawbench.com (Mon ancien test de comparaison entre processeurs était déjà basé sur ces projets). Ensuite, commence la partie la plus fastidieuse ; pour chaque changement de réglages, je dois vérifier de quelle façon il modifie ou non les performances en audio. Ce qui veut dire :

  • Régler le buffer asio à 512
  • Redémarrer l'ordinateur
  • Ouvrir le projet de test dans un séquenceur
  • Activer ou désactiver un certain nombre de plugins jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de coupure dans l'audio
  • Régler le buffer asio à 256
  • Redémarrer l'ordinateur
  • Etc...

Après plusieurs mois de ce traitement, lorsque je me suis rendu compte que j’entendais encore la mélodie de ce projet au moment de m’endormir, je me suis dit qu’il fallait que je trouve une solution avant de devenir complètement fou. C’est ainsi que je me suis lancé dans le développement d’un programme permettant d’automatiser entièrement ces tests. Voici le résultat :

Outil de test Dawbench par Casawave

Avec ces réglages, je demande à cet outil de tester les performances avec un buffer de 512 en commençant avec 230 plugins actifs. S’il y a une coupure dans l’audio, le test désactive un plugin et relance la lecture, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait aucun drop pendant 5 minutes. Lorsque ce test est terminé, il est recommencé avec un buffer de 256, puis 128, 64, et 32. Afin d’obtenir plusieurs résultats par latence, cet ensemble de tests est lancé plusieurs fois, c’est le paramètre « pass ». Dans cet exemple, j’obtiens donc une moyenne de 10 valeurs pour chaque réglage de buffer.

Venons-en aux résultats :

Comparaison de performance en Mao avec et sans optimisation

Si le résultat avec une latence élevée (12 millisecondes ou plus) est identique avec ou sans optimisation, ce n’est plus du tout le même comportement dès que l’on souhaite utiliser des buffers réduits qui sont bien plus agréables à utiliser avec les instruments virtuels (meilleure sensation, meilleur "timing") . Dans ces cas-là, un ordinateur n’ayant pas été optimisé va rapidement voir ses performances s’écrouler. Et avec une latence de 1.5ms l’optimisation permet même d’utiliser presque 2 fois plus de plugins, une paille !

En conclusion, l’optimisation effectuée par mes soins vous permet d’utiliser au maximum les capacités de l’ordinateur. Sans elles, pour obtenir les mêmes résultats en très basse latence, il vous faudrait pour cet exemple, un ordinateur 2 fois plus puissant. En l’occurrence, il s’agit ici d’un Core i7 5930K (6 cœurs à 3.5Ghz), alors 2 fois plus puissant que lui… je vous laisse imaginer le tarif.

Détails du test
Matériel :
Core i7 5930K (3.5Ghz), chipset X99, 4x4 Go de DDR4 @2133
Rme HDSP Pci-express, driver v4.03
Logiciel :
Windows 7 64 bits, Cubase v6.5 32 bits, protocole Dawbench DSP 2014 Extended